bb3

  Régulièrement, quand nos journaux n’ont pas à se mettre une catastrophe sous la dent, ils nous ressortent ce qu’on appelle des « marronniers », c'est-à-dire qu’ils remplissent leurs colonnes des arbres de noël, des remises de médailles, des réfections de murs et des apéritifs offerts par les municipalités. Parfois même, c’est le monstre du Loch Ness qui refait surface, entraînant avec lui les ovnis et les extraterrestres, mettant à la même occasion dans le panier de la ménagère les fantômes, les gourous, les voyants et autres ensorceleurs.

  Oui, je sais, je ne devrais pas, moi qui écris pour quelques journaux et qui suis publié par un « grand quotidien d’information du midi »... La honte ! Mais on ne se refait pas, moi qui crie depuis belle lurette qu’il ne faut pas confondre les torchons et les serviettes, que le petit monde des illuminés en tout genre discrédite la recherche sérieuse, rien n’y fait. (1)

  Récemment, l’Indépendant, puis le Midi Libre à sa suite, sont donc revenus sur le dossier qui nous intéresse – quand je dis que ça nous intéresse, c’est une façon de parler ou bien d’écrire, à savoir : la fin du monde. Une prédiction maya aurait en effet prédit que tout le monde va mourir le 21 décembre 2012, sauf pour celles et ceux qui se trouveraient près du pic de Bugarach, dans le département de l’Aude.

  Là-bas, on ne rigole plus avec cette histoire. Des associations ésotériques y sont présentes. Et actives. Alors des associations ufologiques s’y retrouvent aussi, « juste par curiosité ». Un peu comme du côté de Digne-les-Bains à la recherche des Ummites, ou du côté du col de Vence à la recherche des cailloux qui tombent du ciel, ou du côté du plateau d’Albion à la recherche de la base d’extraterrestres, si vous voyez ce que je veux dire. A Bugarach, c’est la folie. Il y a Rennes-le-Château pas très loin. Et aussi de nombreux lieux d’observations d’OVNI. Des histoires rocambolesques. Alors même des américains ont, paraît-il, pris leur billet ! Plus grave, le maire de la commune est prêt à faire intervenir l’armée, c’est vous dire. « La situation est inquiétante » déclare t-il, aussi j’ai alerté les autorités ». Des gens s’installent déjà, d’autres réservent. On assiste aussi à une spéculation foncière et immobilière. A Bugarach, on a décidément tous les ingrédients, jusqu’au site qui aurait inspiré Steven Spielberg pour son film « Rencontres du troisième type ». Et Pour couronner le tout, on aurait vu y atterrir (plusieurs fois !) François Mitterrand en personne, c’est vous dire si l’histoire est ancienne... A Bugarach, on trouve de tout, et même plus qu’à la Samaritaine : des trésors enfouis, des soucoupes volantes dans le sous-sol, une montagne sacrée, du mystère et du mystique, quelques extraterrestres, une pincée de catharisme, une poignée de templiers, ... Les touristes et randonneurs ont été rejoints par les amateurs d’ésotérisme. Des stages sont organisés (« entre 500 et 800 euros pour entrer en résonance avec la montagne »). On fait visiter les lieux, la montagne, le lac, pour quelques euros « en espèces de préférence ».

  L’article parcouru sur Internet, je cliquai aussi à sa suite sur les commentaires déposés, pour découvrir que, ma foi, le sujet retenait l’attention de nombreux internautes. Et oui, le sujet intéresse. J’y déposai le mien, évidemment, au milieu des messages « pro » et « anti ».

  Dans la foulée, notre éminent président d’Ovni-Languedoc venait d’être approché, non pas par des extraterrestres mais par des journalistes qui voulaient lui poser quelques questions ; Thierry Gaulin qui ne s’est pas laissé prendre au piège et qui a répondu qu’il était tout à fait disposé à recevoir un journaliste quand un papier sur les OVNI serait envisagé, mais qu’il ne voyait pas en quoi son association pouvait l’aider sur le sujet du jour, mettant aussi les points sur les « i » (le « i » de l’information, vous savez, un peu comme au GE(I)PAN, quoi...)

  Mais, on le sait, le message a difficilement du mal à passer et, patatras, les clichés ayant la vie dure, le Midi Libre du dimanche 19 décembre 2011 nous pondait un papier à faire frissonner dans les chaumières : la fin du monde est pour demain ! Tout près du fameux pic de Bugarach, donc, où l’on peut rencontrer des «pèlerins en robe de bure processionnant dans les champs et les bois » et même tomber sur un homme « totalement nu, rencontré par des randonneurs ». Et, comme si Ripolin ne suffisait pas, Patrick Nappez, l’auteur de l’article, nous en remettait une couche, parlant de « fantasmes véhiculés auprès des amateurs d’ovnis et autres ufologues plus ou moins distingués »... 2012, la fin est proche, tremblez braves gens. Sauf que ce coup-là, on nous l’a déjà fait quelques fois !

  En 1910 déjà, devait se produire une collision entre la Terre et la comète de Halley. Que l’on attende la fin du monde ou le débarquement des extraterrestres, les peurs sont les mêmes. en 1978, la fin était proche, la ville de Ferrare en Italie devait d’ailleurs être détruite pour l’occasion ; en 1980 (puis remis à 1983) d’après Franck Fontaine, beaucoup de monde s’était donné rendez-vous pour attendre l’arrivée des extraterrestres ; en 1980 encore, les adeptes d’une secte religieuse néerlandaise s’étaient barricadés chez eux en attendant l’heure en déclarant : « Dieu se charge de nous » ; en 1996, un débarquement massif avait été annoncé par Jean Miguères, le célèbre acontacté des années 60-70 ; en 1999, ne parlons pas de Nostradamus et de son couturier Paco Rabanne, qui ont mobilisé beaucoup de monde à la fin du 20ème siècle ; en 2008 la formation d’un trou noir créé par le CERN devait nous être fatal ; puis ce fut 2010 la date buttoir de nombreux contactés ; et maintenant 2012, 2020, 2030, et même jusqu’à 2075. N’oublions pas au passage les témoins de Jévovah qui, à défaut de nous apporter la lumière, nous ont déjà annoncé la fin du monde pour 1814, 1914, 1918, 1925, 1966, 1975 et 1994... Qui dit mieux ?

  Restons sérieux, car le sujet est grave, à défaut de l’heure. Car, pendant ce temps, des gourous jubilent. Ils prêchent l'Amour, la Spiritualité, le Mondialisme, l'Ecologie... Voilà à quoi s’est référé le New age. « Attention, nous disait-on il y a déjà vingt ans, nous allons entrer dans l'ère du Verseau ». Les sectes sont partout. Et profitent à tout ce qui touche de près ou de loin aux extraterrestres... Les E.T. sont dans les discours, à la radio, à la télé. Mais comme les E.T. ne font même plus peur, on nous annonce un grand trou noir : la fin du monde.

  Petite parenthèse : j’ai l’air de m’en prendre aux sectes, mais au fond, je m’en prends... à toutes les religions en général ! Car si l'église catholique n'avait pas nié pendant trop longtemps la possibilité d'existences extraterrestres, elle en serait au même point. Car une secte, comme on l'entend fort justement, c'est une église qui a réussi... La religion catholique a dû, au fil du temps, s'adapter - j'allais dire: se moderniser, pour ne pas trop perdre de « clients » (voir à ce sujet les récents virages du pape sur l’utilisation du préservatif). Les sectes sont allées plus vite. Et que nous prédisent-elles ? La fin du monde pour demain. Toujours pour demain. Sauf si nous leur faisons confiance, si nous adhérons, si nous prions, si nous arrêtons de polluer, si nous prenons conscience que nous courrons à notre perte... Ceci est exactement le discours de soi disant contactés avec les extraterrestres. Mot pour mot, ces derniers nous disent tout ça. Bref, le ciel va nous tomber sur la tête. Bon. Toutes les prédictions se ressemblent, seules les interprétations diffèrent c’est bien connu aussi. Pour les uns, c'est Dieu qui revient chercher les siens, pour d'autres ce sont les gentils extraterrestres qui viennent enfin nous enseigner la sagesse. Quand ce ne sont pas les méchants petits gris qui viennent nous détruire. A qui se fier ? Une certaine Blandine, en son temps, avait vu la Vierge, et nous disait que nous courrions à notre perte. D'autres, c'est encore plus facile, nous annonçaient qu'un météore venant du fin fond de l'univers fonçait droit sur nous. Crainte ! Prenez garde ! Si encore nous savions ce qui allait se passer, tel jour, telle heure; mais c'est toujours l'imprécision. Et l'incertitude, on le sait, engendre l'anxiété, la panique...

  "Le temps est proche!" nous annonçait déjà Saint-Jean dans l'Apocalypse. Avec des précisions à l'appui: Il y aura des éclairs, et des voix, et des tonnerres, et il y aura une grande secousse telle qu'il n'y en a jamais eue depuis que l'homme a paru sur terre... Nostradamus est précis, on a déjà vu plus haut qu'il datait même ses prédictions (ou sont-ce d’autres qui les dataient à sa place ?). Qui devait venir en juillet 1999 ? Un Dieu ? Des extraterrestres ? Un météore ? Jean Miguères, le célèbre ambulancier-contacté, avait écrit: « Tu devras servir notre cause et celle des terriens, car votre planète touche à sa fin (...) Tu prépareras tes semblables à notre débarquement massif qui aura lieu en 1996 ».

  La liste des prédictions n’est pas exhaustive. Mais les extraterrestres (ou Dieu, qu’importe) sont en retard. Et, pendant que les crédules continuent à se morfondre, d'autres rigolent doucement dans leur coin. Arrêtons donc de prendre des vessies pour des lanternes, mais surtout arrêtons de sourire devant de telles absurdités car il serait grand temps que cesse cette grande comédie. En se rappelant que toutes ces sectes qui foisonnent n’ont été, au départ, que des petits groupes ésotériques : les Raëliens bien sûr, qui avaient fondé leur « mouvement pour l’accueil des extraterrestres », mais aussi l’Ordre du temple solaire, et bien d’autres encore. Si le « devoir de mémoire », dont nous rebat régulièrement les oreilles devant les monuments aux morts, pouvait aussi être de rigueur devant les tombes de tous les « adeptes tombés au combat » !

  Finalement, la fin du monde ne serait-elle pas une bonne affaire, un bon sujet à traiter ? Et, pour le cas où les traducteurs de textes anciens se seraient trompés, ou pour le cas où les contactés auraient eu les portugaises ensablées devant les prédictions, on met tout au conditionnel. Au cas où... D’ailleurs, il paraît que, à Bugarach, la montagne tremblera en 2012, mais « ce pourrait être en 2013 ». Et c’est reparti pour un tour. Les chiens aboient, la caravane passe... Le temps d’écouler quelques bouquins de plus ?

Bruno Bousquet.

Notes : 1) Je l’ai dit, je l’ai redit dans quelques articles et dans mes publications (voir par exemple « OVNI, où est la vérité », car il faut bien que je vende ma soupe moi aussi, n’est-ce pas...