Marc Saint-Germain, ufologue québécois de passage en France, nous a fait l'honneur d'être notre conférencier lors de la Rencontre

DSC_0066

Ufologique d'OVNI-Languedoc du vendredi 7 novembre 2014. Après Paris, Strasbourg et Grenoble et avant Marseille, Toulouse, Bordeaux et Brest, il est venu nous présenter devant un public nombreux (37 personnes) l'état de ses travaux ainsi que son second ouvrage, Les Gardiens du silence.

Ses recherches l'ont amené à utiliser entre autres les travaux de Wilbert B. Smith, Steven Greer, Robert M. Wood et Ryan S. Wood et à explorer les archives conservées par le Fond Arthur Bray. Marc Saint-Germain s'est tout particulièrement intéressé au projet Magnet, un projet canadien comparable au projet Grudge des Etats-Unis mais doté d'une orientation plus scientifique visant à détecter les objets volants non identifiés, partant du principe qu'ils sont propulsés au moyen d'une technologie exploitant le magnétisme terrestre. Il a enfin étudié les documents relatifs aux Majestic 12.

Marc Saint-Germain considère que le phénomène ovni reste aujourd'hui tabou. Non pas un tabou naturel mais totalement artificiel, construit de toutes pièces par un groupe d'hommes, un gouvernement mondial occulte, conspirant à cacher la vérité aux populations de la Terre. John F. Kennedy, conscient de la présence extraterrestre sur Terre, voulait ouvrir notre civilisation occidentale à d'autres civilisations, ouvrir l'ère d'une civilisation interplanétaire. On sait ce qu'il est advenu du Président Kennedy...

La désinformation est de mise en ufologie. La perception du public est faussée par de nombreuses informations volontairement erronées dont il est abreuvé. L'argument d'autorité est souvent utilisé par les auteurs de cette désinformation au mépris de tout raisonnement argumenté. 

La seconde guerre mondiale a eu son lot d'observations mystérieuses. Le 25 février 1942, la bataille de Los Angeles en est un exemple parmi d'autres. L'UPI, l'Unité des Phénomènes Interplanétaires, est une unité spéciale de l'Armée des Etats-Unis chargée de s'occuper des phénomènes extraterrestres. Créée par le général Marshall en 1942, elle travaille sur les objets recueillis à Roswell, les militaires et scientifiques voyant dans toute récupération de ce type une mine technologique à exploiter. 

En 1947, la création du NSC (National Security Council) et de la CIA (Central Intelligence Agency) obéissent à un impératif simple : centraliser et contrôler les informations relatives aux ovnis. La C.I.A. s'est spécialisée dans la désinformation. Dans cette optique, la CIA possède le journal à sensation Weeckly World News (http://weeklyworldnews.com/headlines/48250/saturn-is-a-giant-ufo/). La NSA (National Security Agency) prend la suite en 1952 puis le NRO (National Reconnaissance Office) en 1960. Un groupe permanent de gestion de la situation concernant les ovnis et la réalité extraterrestre est nommé : le Majestic 12. 

Tour à tour, les projets Sign, Grudge et Blue Book n'ont eu pour objectif que de contrôler l'information destinée au public. Le rapport Condon de 1968 va même jusqu'à déclarer que les ovnis n'existent pas mais que leur étude peut avoir de l'intérêt pour les sciences sociales et comportementales. Tout est donc dans la tête des gens... Marc Saint-Germain développe aussi le cas de Roswell et conclue que c'est plus sérieux que ce qu'on a bien voulu nous faire croire. 

DSC_0074

Au fur et à mesure des questions du public, les révélations s'enchaînent pêle-mêle. Ben Rich, directeur de Lockheed : « Nous avons déjà les moyens de voyager parmi les étoiles mais les technologies sont bloquées dans les projets secrets ». Ou encore : « Il y a deux types d'ovnis : ceux que nous construisons et ceux qu'ils construisent ». Le Watergate serait en fait lié aux ovnis et des documents qui impliquaient le MJ12 ont été détruits en 1972 lors du cambriolage de l'immeuble. Si la présence extraterrestre est généralement pacifique, les « petits gris » ont été impliqués dans des histoires d'enlèvement. Cela faisait partie d'un pacte avec nos gouvernants. La liste des personnes concernées serait tenue par Majestic 12. Une espèce alien qui nous ressemble se serait infiltrée dès les années 1950 ou 1960... L'ufologue québécois avance plus loin, affirmant qu'il y a eu dans le passé des manipulations génétiques afin de limiter nos capacités avec pour résultat qu'aujourd'hui l'être humain n'a accès qu'à 3% des informations contenues dans notre ADN. 

Alors sommes-nous seuls ? Certainement pas dit Marc Saint-Germain. Nous sommes visités, il y a eu dans le passé de nombreuses interactions et ceux qui nous gouvernent sont au courant. Il existe une conspiration du silence. Le « gouvernement mondial » travaille dans l'ombre depuis les années 1940. 

DSC_0070

Marc Saint-Germain a livré au public montpelliérain beaucoup d'informations ce soir du 7 novembre. Certains ont quitté la salle avant la fin mais ceux qui sont restés ne l'ont pas regretté. Qu'ils aient été d'accord ou pas avec Marc, ils ont passé une superbe soirée.