DSC_0008L'événement, annoncé durant le week-end par Midi Libre, a drainé plus d'une vingtaine de personnes, une audience plus qu'honorable étant donné que, pour une fois, la Rencontre ufologique d'OVNI-Languedoc se déroulait un lundi.

Gérard, qu'OVNI-Languedoc remercie chaleureusement de sa venue, a commencé par présenter son parcours ufologique, parmi les plus longs et les plus dynamiques du pays. Il fut en effet le fondateur du GEOS France et l'un de ceux qui ont lancé les repas ufologiques. Ayant réalisé de nombreuses enquêtes, il a eu l'occasion de prendre une part active dans plusieurs dossiers restés dans les mémoires à l'image du tristement célèbre canular de Cergy-Pontoise.

Plus récemment, Gérard Lebat a organisé en 2005 les Rencontres ufologiques européennes de Châlons-en-Champagne et est devenu l'un des cadres du MUFON-France, une extension de l'association états-unienne qui tente de fédérer le plus grand nombre d'associations et d'ufologues possible dans l'Hexagone et dispense à ceux qui le souhaitent une formation à l'enquête de terrain.

Une sélection d'enquêtes marocaines a ensuite été présentée au public. En 1944 à Casablanca, des militaires français

DSC_0017

observent un ovni. En 1967, un ovni rappelant fortement celui de Valensole (1965) se pose à Marrakech. En 1976, deux motards de la Gendarmerie royale marocaine observent un ovni. En 2007 à Martyl, un étrange objet est aperçu au-dessus des plages par un père et son fils. En 2012, deux disques survolent Marrakech...

Si les dossiers intéressants existent, Gérard l'a amplement démontré, l'ufologie marocaine semble souffrir d'un manque d'enquêteurs. Hormis Gérard Lebat, jeune retraité français, le paysage ufologique marocain ne compte ni ufologues indépendants ni associations. La culture marocaine, empreinte d'islam, porte un regard différent sur le phénomène de celui que nous connaissons en France. Là où nous aurions tendance à voir un objet volant non identifié traverser nos cieux, les Marocains voient bien souvent un djinn, une créature surnaturelle issue de croyances de tradition sémitique.

Gérard, qui ne cache pas son désir de rentrer en Europe, de s'installer éventuellement au Portugal, quittera le Maroc d'ici quelques petites années. Un temps qui pourrait être mis à profit pour organiser la relève afin que l'ufologie marocaine ne disparaisse pas des écrans radars...

DSC_0004

A noter, la présence dans le public de Bernard Dupi, un de nos conférenciers annoncés pour le 7 juin 2014.